26 mars 2017 ~ 0 Commentaire

Skaferlatine Série noire pour nuits blanches

Vendredi soir, j’étais vois un vieux groupe messin (genre plus de 25 ans) à la chapelle des Trinitaires à Metz. J’an ai profité pour acheter leur dernier album Série Noire pour nuits blanches (2016).

Au début des années 90, Metz connaissait une fracture musicale. Avant, les FISC et autres ATOLL étaient des groupes qui se la racontaient. Tant dans leur musique, avec de jolies déballages techniques que lorsqu’on rencontrait les mecs qui toujours préparaient un truc énorme. Les rois du pétard mouillé.

La page se tournait avec des groupes plus alternatifs. En tête de gondoles, PKRK et Skaferlatine. Et si Fisc et Atoll avait connu André Balzer comme chanteur commun, Skaferlatine se construira avec le premier batteur de PKRK Laurent Hees qui là était le chanteur guitariste.

Le premier album du groupe était une bombe festive. Il rappelle dans l’esprit le disque de Billy Ze Kick ou celui des Elmer Food Beat. Je découvre dans ces années-là les groupes alternatifs, VRP ou Nonnes Troppos. Les artistes mineurs qui ne cherchent pas forcément à être l’eau de la création mais qui proposent dans leur démarche punk et alternative quelque chose de très ludique.

J’étais revoir Skaferlatine, vendredi aux Trinitaires à Metz. Je revois quelques têtes que je voyais il y’a 25 ans aux mêmes concerts, qui se passaient à l’époque à la salle Braun Rue Mozart. J’ai beaucoup aimé le concert, le groupe est beaucoup plus rock que fusion, comme à leur première fin au début des années 2000. Il y’a la patate, mise en place terrible, impressionnante. J’aime ce groupe, ce propos qui file la banane à la jeunesse qui emmerde le Front National.

J’ai acheté l’album et c’est le deuxième album que je kiffe grave du groupe. Il me rappelle vraiment l’esprit du premier que j’aime tant. Le groupe est resserré et c’est tant mieux. On a connu gratte / basse /batterie /claviers / deux choristes et trois cuivres. Là on a un power trio et deux cuivres. Donc une formation allégée mais qui envoie grave.

Le son aurait pu être compliqué dans cette chapelle, toujours compliqué pour les groupes de rock. Un grand moment de vie, une cure de jouvence. Hâte de revoir les Skaf’. Notamment pour pouvoir hurler SKA SKA SKA DIABOLO SKA !!!!

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

IKIWABI |
Terre & bois |
Fightingmarcel2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tobereborn
| Gaenerys
| Ecole Auvergne Formation Art