06 octobre 2017 ~ 0 Commentaire

Albert Meslay au Gueulard café-culture de Nilvange

Hier soir, je voyais Albert Meslay au Gueulard bar de Nilvange.

J’ai découvert Albert Meslay il y’a une trentaine d’années dans une émission de Drucker où défilaient des humoristes. Ce soir là, Meslay arrivait comme une bombe. Un style Raymond Devos en plus Thiéfaine. Moins politiquement correct et le jeu de mot au service d’un rire cynique et provocateur. Derrière ça, un doigt pointé vers des absurdités de nos vies ou de la vie. Un cri.

De temps en temps, des nouvelles de Albert Meslay. Physiquement, un mélange entre Pierre Vassiliu et Jean-Michel Ribes. Dans le style, on le sait dans la famille des Devos ou De Groot, mais coupé aux libertaires perchés (Thiéfaine, oui, peut-être Romain Bouteille ou Dick Annagarn).

Hier soir, peu de monde hélas comme souvent au Gueulard. Guère plus de 20 personnes pour une soirée de si bonne qualité. Les soirées au Gueulard, c’est entre 5 et 10€. Ca te mange pas la main financièrement. La prog y est plutôt d’une grande qualité. Deux ans que j’y zone une fois par mois ou une fois par semaine, je n’y ai pas vu de merde dérangeante. Parfois, des choses qui ne me parlaient pas mais je comprenais la démarche de Mauro, le programmateur et taulier du lieu.

Albert Meslay est parmi les plus grands et nous l’avions rien que pour nous. Je vois de sacrés merdes chez les humoristes, beaucoup sont surévalués, survendus, surexposés. Mais quand on se retrouve devant un artiste comme celui-là, un Grand, un qui n’a d’autres outils, d’autre richesse que ses mots, son regard, son émotion. Meslay vous parle pendant 1h30 sans que vous n’arriviez à décrocher. Je ne vais pas vous raconter ou vous parler d’un de ses sketches, il faut en être.

On mangeait tous ensemble à la fin du spectacle et il m’expliquait que les habitudes du public avaient changé ces 20 dernières années. Avant, l’artiste pouvait démarrer sa carrière dans les cafés concerts. Désormais, les villes sont quasi toutes équipées d’une salle des fêtes ou d’une SMAC. Du coup, le public a tendance à se référer au choix de son centre culturel de référence. Ce qui fait qu’il ne va plus découvrir par lui même. Moins à l’affût, diront nous. On est donc dans un système qui nous compresse toujours plus, il est compliqué de garder son calme et son self control. Oui mais voilà, j’ai vu Albert Meslay hier soir dans le mythique Gueulard. Ca n’arrivera pas souvent qu’on ait des artistes de cette importance là au Gueulard, ils risquent de se passer le mot qu’il n’y a pas un chat. Mais prenons ce qui est bon à prendre, hier soir je planais carrément et par ces temps-ci, c’est assez rare pour être souligné.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

IKIWABI |
Terre & bois |
Fightingmarcel2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tobereborn
| Gaenerys
| Ecole Auvergne Formation Art