13 novembre 2017 ~ 0 Commentaire

Queen feat Adam Lambert

Beaucoup de mes amis Facebook crevaient de faim ces derniers jours de ne pas avoir de place pour le concert de Queen avec Adam Lambert, du coup je leur soumets un rapport sur le show que j’ai vu hier.

Oui, la place est à 100 balles ou environ pour ce genre de spectacle. Si Mercury était encore en vie, évidemment que le groupe jouerait désormais dans les stades, tel est le sort de tous les internationaux qui ont 25 Golds.

Oui parce que les classiques s’enchaînent dans ce concert. On se rend compte que ces Queen, un peu le Led Zep des années 80, avait des rafales de tubes pour RTL2. Un tube en suit un autre, peu de place à l’imprévu mais en même temps, tant de titres semblent « obligatoires » à la setlist. Le concert ressemble à une compilation.

Adam Lambert chante bien  comme un chanteur de Pop Idol (qu’il est, du reste) mais pas comme un chanteur de rock. Il nous livrera en fin de concert le tube que l’équipe de P!nk lui a livré il y’a quelques années Whataya Want From Me. J’aime beaucoup ce titre qui me faisait patienter quand ma P!nk était en congé maternité. Disons qu’il dénote avec le concert mais je peux comprendre que les Queen ont la courtoisie de lui laisser présenter un extrait de sa carrière solo, en l’occurrence son hit.

Brian May fait partie de mes grandes découvertes scéniques. Une allure certes mais surtout un brio guitaristique qui le place dans mon Top 10 de ce que j’ai pu voir. Oui, je sais que tel ou tel guitariste est bon, grand, fait école. Mais j’ai besoin de me retrouver en face pour réaliser ça. Il doit se passer quelque chose que je ne trouve ni dans les clips, ni sur disque, ni en radio. J’ai eu ça devant Keith Richards, Edge, Gilmour, Townsend, Angus Young, Krieger, Knopfler. Cet impression de rencontrer un écrivain de l’Histoire. May est aérien, profond, rond, si singulier. Il ne s’embarrasse pas d’un autre guitariste, aime être seul à gérer la partie 6 cordes. Je pointais encore un des musiciens du Live Aid que je voyais live, hier soir. Le concert du siècle, que je regardais durant 24 heures sur Antenne 2 (France 2 le millénaire précédent) puis sur RTL (RTL9 désormais) le 15 juillet 1985. Les Queen y occupaient une large place puisqu’ils dépassaient les 30 minutes.

Roger Taylor le batteur est également présent. Homonyme du batteur de Duran Duran (s’il y’a confusion dans les sociétés de droits d’auteurs ou interprètes, c’est tout bénef pour celui des Duran, hein). Très anglais, très lord. Il chantera quelques titres comme Under Pressure (la partie Bowie) ou Kind of Magic.

Le show est vraiment époustouflant, il s’agit d’en mettre plein les yeux à ces gens qui auront mis 100 balles pour ce spectacle. J’ai trouvé l’affaire plutôt convenable même si j’en suis un peu barbouillé. Je donne 15/20 à cette moitié de Queen. On a quand même l’impression, quelque part, de venir voir un Tribute avec des vrais. Mais on sait qu’un Queen de Zénith dans les années 2000 est une dévaluation parce que ce groupe a rejoint les mythes des plus grands. J’étais si ravi il y’a 10 ans de la tournée Manzarek Krieger qui reprenaient notemment l’intégralité de l’album LA Woman des Doors que je peux comprendre la joie du public hier soir. Il fallait y voir une célébration à Queen, sinon on pouvait trouver l’affaire zombiesque.

Show must go on, hein.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

IKIWABI |
Terre & bois |
Fightingmarcel2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tobereborn
| Gaenerys
| Ecole Auvergne Formation Art