05 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

Beignets de tomates vertes

Ce matin, une amie Facebook recommande sur sa page Beignets de tomates vertes. Film américain dont je ne connais ni les acteurs, ni le réalisateur. Il est visible sur Youtube, je m’y tente « vite fait » comme disent mes enfants. J’ai failli arrêter au bout de 14mn. Premier drame et non des moindres, que je ne spoile pas pour ceux d’entre vous qui auraient le bon goût d’aller découvrir ce film. Je n’ai donc pas arrêté de regarder. Je ne supporte pas les drames. Je suis hyper émotif et les morts de gentils dans les films, les ruptures amoureuses, les déchirements… j’encaisse pas. Je me mets en situation de rêve quand je regarde un film. J’ai besoin de beauté, de gaieté, de Dany Boon ou Christian Clavier. Pas de violence, je ne paye pas pour ça. Ni en temps, ni en argent. La vie nous donne assez de brutalité tous les jours.

Pourtant, je suis resté deux heures devant ce Beignet. C’est un peu comme si La Petite Maison dans la Prairie croisait Desparate Housewife. Notre Laura Ingalls là est la sympathique Idgie. Sauf qu’elle ne va pas pleurer son père dés qu’il lui arrive une tuile. Garçonne, humaniste, Idgie use de plans B pour non pas la Justice mais SA Justice. On est porté par l’amour sincère de gens. Quelque chose qui ne se voit plus ou beaucoup moins. Qui devait souvent être là il y’a 150 ans puisqu’on nous transpose facilement dans ces époques pour pouvoir le retrouver.

Surtout, on sait nous apporter un méchant. Clairement identifiable. Un JR Ewing de Dallas ou un Falconetti du Riche et le Pauvre. De nos jours, on est plus nuancés là dessus. C’est plus le contexte qui est vilain que la personne. Et aussi une belle confrérie pour lutter contre, pour jouer et pourquoi pas gagner au David et Goliath.

La transposition de ces films dans notre époque interpelle toujours. L’amour n’est plus aussi solide. Nous avions nos amis, nos boulots, nos amours pour la vie. Désormais, tout explose tous les 10 ans. On a beaucoup moins de repères et on sort de l’eau oxygénés par des passions locales.

Le mot dont vous allez comprendre toute l’importance dans ce film, c’est Amitié. Putain comme c’est beau, l’amitié. Et là, vous allez comprendre qu’il n’y a pas 10 personnes importantes dans vos vies. Qu’il y’a quelques personnes, qui sont toujours là pour vous, pour qui vous êtes aussi. Et votre vie, c’est pas se tenir en vie parce que le sang coule bien dans vos veines. Vos vies sont parce que cet amour se répond, s’échange et que s’il y’a bien un truc à vivre, c’est ça.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

IKIWABI |
Terre & bois |
Fightingmarcel2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tobereborn
| Gaenerys
| Ecole Auvergne Formation Art