14 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

Les tôt se resserrent

PNW

On ne peut plus courir partout

En disant on ne peut plus, on dit tout

Les champs semblaient infinis

On les découvre bien arrêtés

On pensait vivre toujours

Tout le temps avec entrain

Peut-être foi en l’avenir

Mais ce qu’on gagne d’un côté, on le perd de l’autre

La bouteille n’est plus moitié pleine

Les tôt se resserrent

Dans le sourire des grand mères

Dans l’étonnement des enfants

On sait qu’on peut se trouver seul

On sait que personne ne nous parle

On sait que personne nous entend

 

C’est quand ce vertige s’impose

Quand il a des terrains minés

et qu’il s’assoie sur sa prose

avec juste le temps à tuer

On ne sait pas comment faire

Pour encore vivre un grand amour

Et qu’on se prenne la main,

Et qu’on se prenne la main

 

L’amour est liquide

Je ne tiens pas

Je bourdonne de souffrance

Parce que je ne trouve pas

Ce qui chanterait pour tout le monde

Les fleurs, les arcs et les sirènes

 

Si tu pouvais revenir

Oh si tu pouvais revenir

Je t’aime

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

IKIWABI |
Terre & bois |
Fightingmarcel2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tobereborn
| Gaenerys
| Ecole Auvergne Formation Art