06 avril 2018 ~ 1 Commentaire

Salut Higelin

J’ai 36 000 choses à faire aujourd’hui, mais comme c’est lui qui m’a appris la spontanéité, l’urgence de vivre et le faire comme on sent et pas sentir comme on fait, je me dois de lui écrire ce modeste au revoir.

J’ai choisi cette photo dans l’imagerie google qui représentait éventuellement Jacques, comme je l’imagine désormais éternellement.

J’ai connu Jacques quand j’avais 20 ans, dans les folies des soirées du Printemps de Bourges. L’animal n’est jamais bégueule pour se mélanger au public, dans les bars ou dans les rues. J’ai retrouvé cette attitude quelques années après chez Bertignac, mais Louis tenait peut-être cette philosophie de Jacques, puisqu’à 20 ans, avant de former Téléphone, il a été le guitariste de Jacques (époque BBH75 il me semble).

Qui était Jacques pour moi? On va dire toute la journée, les jours, semaines, mois et années qui viennent qu’il était un « grand de la Chanson Française ». Soit. La Chanson Française aura connu son pic historique au vingtième siècle. D’abord avec Charles Trenet qu’on voit comme le fou chantant, mais qui révolutionnait l’écriture avec audace. Ensuite Georges Brassens, la dimension littéraire à l’écriture et un humanisme poignant, Jacques Brel tant interprète qu’écorché, Léo Ferré peut-être le plus grand musicien au service de la poésie. Le petit dernier étant Serge Gainsbourg, mélodiste incroyable avec une technique d’écriture époustouflante pour dire sans dire.

Jacques était le fils, naturel, de Charles Trenet. un peu comme Christophe Mali du groupe Tryo, est son fils à lui. Une joie, une interprétation folle et enjouée. Des concerts de 4 ou 8 heures. Une philosophie du « vivre l’instant » pour savourer chaque seconde, la mort étant le berceau de la vie.

Un des plus beaux concerts de ma vie, c’est Jacques Higelin à Nancy, début 95. En première partie, le groupe messin Salomé nous représentait sur scène. On était content et pas peu fiers que des gars de chez nous jouaient avant Jacques. Ils avaient sympathisé quelques années plus tôt et partageaient souvent des scènes communes. Ils ont d’ailleurs sorti par la suite un album live pour immortaliser ce moment. Higelin est donc arrivé sur scène, avec tous ses musiciens à côté de lui : « Ca va? ce soir vous vous accrochez parce que j’ai vraiment pas envie de mégoter! » Et là dessus, il partait pour 3h30 de concert quasi non stop. Je voyais que la set list devait être un peu fantôme, ce concert s’improvisait sous mes yeux, Higelin arrêtant le groupe en pleine chanson pour ajouter un couplet, partir dans une nuance qu’il sentait importante et judicieuse à ce moment là. Le groupe revenait comme il pouvait. Le public savait qu’il vivait un instant unique, la grande générosité du poète chantant.

Oui, je l’ai vu vieillir et peut-être perdre de son savoir faire avec les années. Oublier les paroles des chansons, arrêter 4 fois le groupe dans un concert parce qu’il ne connaissait plus son texte, partir dans des monologues où plus personne ne pouvait le suivre. Mais ce qu’il me restera toujours de Jacques, c’est cette urgence de vivre que je vais humblement essayer de transmettre ce soir, puisque je donne un concert.

Vingt-quatre heures sur vingt-quatre
Tournent les machines
Qui s’encrassent et se détraquent
Se calaminent
Et souvent tombent en panne
Vingt-quatre heures sur vingt-quatre
Mon cœur bat

Mon cœur bat
Et quand il tombera en panne
Surtout ne t’inquiète pas
Car le tien continuera de battre
Comme le cœur de mes frères
D’amour et de colère
A travers le mien

(Le berceau de la vie)

Une réponse à “Salut Higelin”

  1. belle écriture de l’urgence – bel hommage moi j’ai connu tard JACQUES en 90 avec ce qui est dit doit être fait etc… en hommage à la naissance d’izïa sa fille ! en 94 chez drucker foutant un bordel monstre pour la sortie  » aux héros de la voltige  » en 98 sur RTL annonçant des concerts solos ni une i deux j’embarque mon pote qui ne sait pas qui est higelin !salle de 300 places 3h30 de concert et de délires ( affaire clinton ) décapant une baffe pour nous deux ! après une petite traversée du désert sans maison de disque arrive 2006 amor doloroso ! puis coup de foudre dans la même foulé merci burger ! et ce concert de 2011 avec le groupe au complet son jeune batteur et l’indémodable mahut aux percuts le tout dans la pinède de la presqu’ile du GAOU ! épatant !
    entre ça il y a cette manifestation à toulon pour sauver le théâtre national de la danse et de l’image de chateauvallon de Gérard Paquet QUE la mairie ( fn honte sur moi ) voulait détruire – higelin était là comme tavernier comme beaucoup d’autre et c’est quelqu’un d’absolument charmant que j’ai découvert ! open comme jamais généreux fidèle et révolté ! beaux moment d’osmose et de fraternité. J’ai découvert trenet par higelin commme léo ferré par léotard va savoir ! j’étais au bar quand j’ai appris sa disparition mais la chanson que tu cites dany est celle que j’avais en tête quand j’ai appris la terrible nouvelle et puis voir Izia et arthur H chantaient et dansaient pendant ses obsèques j’ai pensé ‘ceste que jacques voulait. C’est pour moi un grand rockeur baladin vivant chaque seconde à mille à l’heure un inventeur du beau un feu follet devant l’absolue, j’ai tous tous ses disques il m’a appris la liberté de dire ce que je pensais vraiment d’être libre. un showman voilà c’est à peut près tout…


Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

IKIWABI |
Terre & bois |
Fightingmarcel2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tobereborn
| Gaenerys
| Ecole Auvergne Formation Art