01 juillet 2018 ~ 0 Commentaire

Seven days à Ozerailles

Par chez moi, il est deux groupes de reprises que je vais voir de temps en temps. Les Out of time, qui reprennent des musts des Stones à AC/DC, de Led Zep à Deep Purple. Musique de bikers. Les Out of time ont réussi à créer une ambiance où ils sont dans une cave, comme la Cavern ou le Marquee Club. Sauf que là, ils réussissent ça même sur des scènes au plan d’eau de Briey. Ils vont nous aspirer.

Un autre groupe, Seven Days. Un tribute Téléphone. Comme Out of Time, il y’a une caravane de fans qui les suivent. C’est un peu une famille. J’allais pour au moins la quatrième fois ce soir les voir. Ils changent de chanteur souvent. Je viens donc constater; évolution ou pas.

En fait, c’est toujours différent. C’est pas mieux ou moins bien. On n’est pas sur un propos à chercher quelque chose. On vient voir des groupes de fêtes de la Musique ++. Ce groupe qui se monte d’habitude sur le pouce, qui joue pour la première (et certainement dernière) fois le 21 juin. Sauf que là, quelque chose mûrit au fil des années. Dans Out Of time, le batteur et le guitariste ont changé. Dans Seven Days aussi le line up bouge. Surtout les chanteurs. Il y’a aussi le guitariste rythmique qui semble optionnel; il est là de temps à autres.

Il se trouve que Téléphone, c’est mon groupe. Celui que je connais par coeur. Je sais ce que j’attends d’une chanson de Téléphone. Je la vis comme personne. J’avais 15 ans en 1985 et j’étais au Coeur de la Nuit et aussi au coeur de l’apogée du plus grand groupe du rock français de tous les temps. Ceux qui ont chassé Johnny dans la variété avant que Noir Désir ne les ringardisent eux.

Téléphone, quelque part les Rolling Stones ++. A savoir que, bien évidemment, les Rolling Stones sont le plus grand groupe de rock de tous les temps. Faites pas chier avec les Beatles, c’est bien plus de la pop, et ne vous fatiguez pas à me sortir les Back In USSR ou Révolution, on est d’accord, sauf que c’est pas la grandeur des Beatles. On retient bien plus les Hey Jude, Yesterday ou Let it be qui sont davantage des ballades. Téléphone sont un peu mieux que les Stones par certains travers. Ok que Jagger chante bien mieux qu’Aubert qui chante faux, mais Aubert, c’est le job de Jagger avec aussi une bonne partie de Keith Richards. Il a une main droite majestueuse et sert une rythmique généreuse, rebelle et clinquante. Bertignac est l’autre moitié de Keith RIchards, avec un côté Mick Taylor quand il s’envole en solo. Kolinka est un putain de batteur rock, comme dans Police ou U2 et putain, ça fait du bien parce que je rappelle que Charlie Watts est quand même batteur de jazz avant d’être batteur de rock.

Téléphone est aussi les Beatles français. Non pas musicalement, ça n’a rien à voir. Mais plutôt dans le fait que le groupe ne peut se reformer s’il en manque un. Voilà pourquoi les retrouvailles d’AuBertignac& Kolinka ne se sont pas appelés Téléphone. Ca n’était pas Téléphone. Et outre le souci de line up, il y’a le fait que Téléphone est bien mort, fauché par les années 90. On ne respire plus l’arrivée de Mitterrand, SOS Racisme et Live Aid. Les Téléphone ont désormais plus de 60 ans. Leur public a du bide et des cheveux en moins.

Les chansons de Téléphone sont toujours vivantes, par contre. Comme pour Police ou les Clash, on a l’impression que ce son guitare / basse / batterie ne bouge pas. Il est indémodable. En ça, les chansons de Téléphone appartiennent autant aux Insus qu’à Seven Days.

Là, on a affaire à de vrais amateurs. Chacun a son job à côté. Ils sont très investis mais pas des masses intéressés financièrement. Juste des envies de grandeurs, un peu comme le Groupe Sanguin dans le folk lorrain. Tout le fric qui arrive est investi dans le matériel. Histoire de proposer un spectacle toujours meilleur.

Ce soir, j’étais admiratif d’ailleurs de l’organisation de l’événement. Ils ont demandé l’autorisation à la municipalité d’organiser un concert et ils ont tout pris en main. Les marabouts où les gens sont attablés, les buvettes, barbecue… Le bénéfice sera la récompense de l’association Seven days.

Ca me rappelle un tribute des Doors messin qui, il y’a quelques années, avaient loué l’Opéra Théâtre de Metz. Ils n’en menaient pas large au début juin, ils avaient vendu une centaine de billets et s’il n’y avait pas 300 personnes le soir du spectacle, ils étaient financièrement morts. J’étais là le soir du spectacle et c’était complet. 600 personnes. C’était vraiment mérité, le spectacle était tout simplement époustouflant, toute la vie des Doors était évoquée par des scènes jouées, avec le concours de comédiens.

Seven Days, c’est la fête. La célébration du répertoire Téléphone. J’ai vu des gens heureux. Ca m’a fait ma soirée.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

IKIWABI |
Terre & bois |
Fightingmarcel2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tobereborn
| Gaenerys
| Ecole Auvergne Formation Art