26 août 2018 ~ 0 Commentaire

Hollysiz à la Mirabelle

L’an dernier, les fêtes de la Mirabelle de Metz offrait un concert de Catherine Ringer devant les Arènes. Près de Muse et du Pompidou. 50 000 personnes y passaient sur la soirée pour un moment de grande classe, par une grande dame.

Cette année, c’est Hollysiz qui arpentait la scène installée place d’Armes, devant la Cathédrale, toujours à Metz donc. J’arrive fin d’après midi. Des contrôles sécurités sont à chaque intersection, impossible d’accéder au site sans les vérifications d’usage. A la fois c’est très rassurant. On n’a pas envie d’être dans une concentration publique avec une arrière pensée de ce qui pourrait se passer, comme à Nice ou au Bataclan. D’un autre côté, ça peut aussi nous casser partiellement la fête. Ca alourdit l’ambiance, quoi qu’on en dise. Ca nous rappelle qu’en se mondialisant, on doit se battre. On est dans une guerre d’idée qui passe par de la sécurité pour que les artistes puissent s’exprimer sans altérer leur spectacle. Ces femmes, Ringer ou Hollysiz, expriment une telle liberté qu’il s’agit de préserver ça, de le crier.

J’ai vu Hollysiz il y’a quelques mois à la BAM de Metz Borny. J’en suis fan, cette fille est une célébration mainstream évidente et j’aime ça. Un mixe entre les Lilly Wood & the Prick pour le côté beat répétitif affirmé éléctro pop et Blondie, Hollysiz est une bombe sauvage qui chante punk (divinement bien n’empêche pour aller dans une disco pop qui peut même terminer en rap (précisément dans le premier titre du concert Unlimited). 

Cécile Cassel enchaîne les tubes, parce que chaque titre est un tube, avec gaieté, générosité et amour. Cette fille est la vie. La fille de Jean-Pierre Cassel, frangine de Vincent et du gars d’Assassin. Comédienne, elle construit dans Hollysiz son projet perso. Fourmille, bosseuse. C’est SON projet. Elle apprend les claquettes, elle danse précise, chante avec émotion et une grande virtuosité, dans sa justesse, dans sa pause qui épouse si bien le coup de caisse claire.

Le groupe est évident. Quatre musiciens comme il faut: batteur, bassiste, claviers choriste (qui offre comme un semple de la voix d’Hollysiz quand celle ci doit partir ailleurs) et un guitariste. Une homogénéité compacte qui repose Hollysiz pour qu’elle puisse se dépêcher, enchanter le spectateur.

Encore merci pour ces 1h30 de bonheur ce soir. Hier soir, Cécile était au mariage dans le Sud de la France de son frère. Est donc montée dans la journée ayant si peu dormi pour envoyer un concert d’une gaieté jamais égalée.

On a besoin de toi, Hollysiz. Ton rayonnement n’est peut être pas de ouf. Ta caravane bataille mais ne se consacre pas forcément. Qu’importe. J’en serai de chaque tournée, je t’aime.

Merci d’exister, Hollysiz, belle rebelle.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

IKIWABI |
Terre & bois |
Fightingmarcel2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tobereborn
| Gaenerys
| Ecole Auvergne Formation Art