31 août 2018 ~ 0 Commentaire

Jean Marc Malairan

Il y’a 20 ans, je faisais un stage « producteur de disques ». C’est ce à quoi on a droit, une fois par an ou tous les deux ans, quand on est intermittent du spectacle. J’ai ainsi fait ce stage et un autre quelques années plus tard, enregistrement de musique sur logiciel Q base.

Il y’a 20 ans donc, l’animateur et responsable du stage s’appelait Jean Marc Malairan. Est-ce que j’ai appris des trucs? Certainement. Mais je pense que l’intérêt de ce type de stage, c’est plutôt les rencontres qu’on va y faire. Aussi permettre de situer le marché, l’industrie et se placer là dedans. Définir un projet avec un point A (départ) et un point B (arrivée). Où on va rêver ou définir comment y arriver.

Malairan avait été producteur dans les années 80. L’age d’or des 45 tours. Les Jeanne Mas, Jean Luc Lahaie, Gold ou Images pondait un tube chaque année. Quelques années après, le CD arrivera. Le public souhaitera plutôt un album qu’un deux titres. Du coup, la stratégie marketing changera. On dira au revoir à tous ces artistes qui ont brillé une décennie et aussi aux producteurs et tous ces gens qui avaient donc une façon  de faire probablement archaïque.

Malairan se retrouvait donc formateur. Je voyais qu’il y’avait l’ancienne pensée en lui. Il nous parlait d’artistes qui avaient blindé l’Olympia à la fin des années 70, mais on ne bossait plus dans les années 90 comme au temps des Lenorman, Delpech ou Daniel Guichard. 

J’ai googlé Jean Marc Malairan. J’ai appris sans surprise qu’il était mort en 2012. Sans surprise puisque Jean Marc semblait une cinquantaine d’années dans les années 90 (s’il ne les avait pas, c’est que c’était plus grave que ce que je croyais) et fumait comme un pompier. Une voix à la Jeanne Moreau et un filet d’accent parigot.

J’ai aussi appris que Jean Marc avait été chanteur, probablement dans les années 60. Un 45 tours 4 titres, ça remonte forcément. J’écoute ces chansons, pourquoi pas lui. Sauf que je vois l’accéléré d’une vie. D’abord jeune homme, éventuellement bourgeois, qui surfe sur Antoine et Dutronc, comme auront fait les Thierry Hazard et autres Alister  des années plus tard.

Marrant de voir ce jeune homme de 25 ans, passablement rebelle désabusé par le système, devenir producteur avec la panoplie libérale cynique obligatoire à la profession.

Si vous googlez Jean Marc Malairan et que vous êtes amenés à tomber sur cette page, je vous invite à glisser un commentaire ci dessous, en mémoire à Jean Marc.

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

IKIWABI |
Terre & bois |
Fightingmarcel2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tobereborn
| Gaenerys
| Ecole Auvergne Formation Art