01 octobre 2018 ~ 0 Commentaire

Le retour des Salopettes Acoustiques au Gueulard

Il y’a un an, tels de vrais punks, nous goupillons une date d’un groupe qui n’existait pas encore au Gueulard de Nilvange. Le batteur et le bassiste se sont rencontrés deux jours avant le concert. C’est toujours des procédés superstitieux que j’applique par méthode coué: quand j’avais 15 ans, j’annonçais au CE du collège que j’allais donner un concert de fin d’année au collège avec mon groupe, alors que ce groupe n’existait pas!

Ainsi, Septembre 2017, les Salopettes Acoustiques donnaient leur tout premier concert. Une année s’est ainsi passée. 11 concerts et 1800cds plus tard, nous nous retrouvions au Gueulard pour travailler le nouveau spectacle. Toujours les titres du 1er album mais aussi 6 nouvelles chansons dans le but du 2e album (album qu’on a d’ailleurs commencé à enregistrer lors de cette même résidence).

Je me dis quoi de cette première année? Ben c’est un bilan positif, ou plutôt positif. C’est que je n’ai pas le temps pour quelque chose qui mamaillerait. Là, il y’a quelque chose d’évident dans les Salopettes Acoustiques. Le nom du groupe me parle, le logo me parle, les membres me parlent, les chansons me parlent. J’ai, quelque part, rêvé ce groupe et je continue de le rêver. C’est qu’au moindre couac, j’arrête tout. Je dois impérativement être dans le plaisir et pas dans la cachetonnerie. La vie est (désormais) trop courte.

Le premier soir Thierry Cordier assurait la première partie. Un artiste haut. Longévité, endurance. Aujourd’hui, Charles Aznavour s’en est allé. Thierry est un de ses nombreux fils. Parlant avec tant d’émotions, de vérités. Thierry est artiste, donc unique. On sait que chaque seconde est privilège. Il est accompagné aux chœurs de Joëlle, sa femme. Tous deux artistes si différents et pourtant si complémentaires dés lors qu’ils scènent.

Le lendemain Après la sieste en première partie qui élève la chanson Molly Malone là où personne ne l’a portée. Nous sommes dans un privilège Temps qui nous fait des chatouillements dans la tête. Générosité, bohème, chant d’oiseau, c’est beau.

Le dimanche, les Atomik Macaroniz. Je connais les deux musiciens depuis 25 ans. Julien Petitjean aka Le p’tit Jean est un chanteur à texte qui se popise au sein de ce groupe dans lequel il se fond. Cette mouture duo est riche. On ne rate rien, tout y est beaucoup plus épuré (forcément) et ça chante, chez Trenet, Boby Lapointe ou Brassens.

Nous, Les Salopettes Acoustiques, sommes trois personnalités. Avec pas forcément les mêmes besoins ni les mêmes envies. Tant professionnellement qu’artistiquement. Pourtant, il semble qu’à notre façon nous sommes très attachés à ce que beaucoup appellent un « projet ». Je ne comprends pas l’appellation « projet ». Nous ne cherchons pas à devenir, nous sommes. Il y’a une évidence dans les Salopettes Acoustiques. Nous sommes la culture ouvrière. Discount et populaire. Il y’aura au moins un deuxième album des Salopettes Acoustiques. Je me dois de le porter. Je peux être utile un temps à Tony Fomblard et Maud Passe tout comme eux m’apportent beaucoup. Leurs mélodies, arrangements, rigueur subtile.

C’est très flou de savoir où nous allons. On n’en sait vraiment rien ni comment. On va juste pousser un bouchon, ça serait si dommage que tout ça s’arrête. Les Salopettes Acoustiques, je parle en mon simple nom, Les Salopettes Acoustiques me dépassent complètement. J’en suis probablement le Syd Barrett, Peter Gabriel ou John Lennon. Pour taire les aboiements de haters, je sais qu’il faut toujours préciser « toute proportion gardée », mais non, je ne le ferai pas. J’aimerais que ce groupe se développe au point d’en être dispensable. Qu’il perdure sans que son personnel y soit important, tant que les chansons, l’esprit, la folie humaniste et prolétaire y soit représentée.

Les couleurs sont animées. Chaque instant on pourrait croire que tout va s’effondrer puisque tout est un sacré numéro d’équilibriste. Mais les choses bougent, évoluent, sont. Les 50 ou 60 personnes qui seront venues nous voir ce week end étaient toutes enchantées, semblaient vivre et être remplies après tout ça. Dites nous? C’est nous ça?

 

 

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

IKIWABI |
Terre & bois |
Fightingmarcel2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tobereborn
| Gaenerys
| Ecole Auvergne Formation Art