18 mars 2019 ~ 1 Commentaire

Celle que vous croyez

Le monde tourne de plus en plus vite. Tout le monde court. Un film défile, des films défilent devant nous. On semble bien dépassés. On s’accroche comme on peut. On sait combien de fois maladroitement. Celle que vous croyez est un film où Juliette Binoche campe Claire. Une femme de 50 balais sonnés qui a envie de plaire. Elle s’invente un personnage sur Facebook. Plus jeune qu’elle, plus brillante éventuellement. Elle correspond avec un jeune homme qui pourrait être son fils. Ils construisent une histoire d’amour virtuelle.

Le mensonge est de plus en plus gros. Elle a de plus en plus de mal à gérer. Cet amour est de plus en plus fort. Lui et elle ont envie de se rencontrer. Mais elle sait bien que c’est impossible. Le personnage qu’elle a créé sur Internet n’existe pas. Cet amour, ce grand amour, est une saloperie virtuelle. Tous deux sont dans la merde et ça va bien mal tourner.

Si on s’occupe pour oublier qu’on meurt, rien de tel que l’amour. Celui qui nous prend aux tripes, nous rend bien prisonniers et libres en même temps. Sauf que l’amour est un mensonge. Enfin tomber amoureux est un mensonge. Après concernant un amour qui se construit avec sa famille, ses amis, ses parents, ses enfants, je veux bien y voir quelque chose de réel. Mais j’ai aimé des filles qui sont devenues des copines ensuite. Elles n’ont pas changé, rien n’a changé. Juste mon regard, beaucoup plus réel désormais.

Autre mensonge, la mythologie qu’on se crée dans la vie. Je vois celle de la société du spectacle puisque je suis dedans. C’est très romantique, tout ça. Nous ne sommes que des globules qui faisons du yaourt. Pourtant, il est toujours des imbéciles heureux qui sont nés quelque part, comme disait Brassens. 

Ces mensonges qui permettent de tenir le coup et qui peuvent nous tuer. Je vous recommande Celle que vous croyez, avec la définitivement brillante Juliette Binoche.

Juliette Binoche, un nom qui ne paye pas de mine, hein. Pourtant une des plus grandes, sinon la plus grande actrice française. Mais qu’est-ce qu’elle joue bien, bordel. Elle tient toujours son rôle. Son hypersensibilité lui permet d’aller au plus précis. Et elle nous hypnotise, nous captive pendant une heure trente. Comme pour Sandrine Bonnaire dans mon billet de ce matin sur Sans toit ni loi, je ferais remarquer que ces filles sont des bombasses et qu’on est toujours plus indulgents pour une jolie fille que pour un vilaine. C’est certainement la société du spectacle (enfin surtout la D1) qui appelle des gens beaux et laissent les laids sur le banc des amateurs. Regardez votre présentatrice de journal TV, elle était certainement dans la même école de journaliste d’une qui ne déméritait pas mais était certainement beaucoup moins jolie. Donc je rappelle que la plastique de cette comédienne au César joue pas mal sur l’empathie qu’on peut avoir pour elle tout le film.

Une réponse à “Celle que vous croyez”

  1. Je crois en votre art,
    Votre plume sait me tenir
    Et la proposition suivante vous aidera à aller plus loin : http://cyrius.unblog.fr/?p=1930

    Dernière publication sur L'aura humain et son développement : COUVEUSE (Incubateur) MIKOTRIKA AKOHO SY VORONA


Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

IKIWABI |
Terre & bois |
Fightingmarcel2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tobereborn
| Gaenerys
| Ecole Auvergne Formation Art