05 avril 2019 ~ 0 Commentaire

44) Jokerman (Bob Dylan)

C’est avec ce titre que j’ai connu Bob Dylan, au début des années 80, il me semble. Pas du Dylan folk, ni même du Dylan roots, mais une célébration. On reconnait bien le style (moi je le découvrais et j’avais le coup de foudre directement).

Une ballade nonchalante, La voix de Dylan au sommet. La guitare de Mark Knopfler, le leader de Dire Straits, magnifie la chanson et même l’album Infidèles. Knopfler est fan de Dylan. Et il est souvent une consécration pour un fan de réaliser ou produire son idole (le mot produire n’a pas forcément le même sens de l’autre côté de la flotte qu’en France). Nous étions enfants ou adolescents. Un jour, on côtoie nos idoles en faisant leur première partie, en bouffant avec eux. On va au bistrot, on écrit des chansons ensemble… Ces choses qui arrivent assez souvent élèvent l’artiste. Il sait qu’il est désormais plus grand.

Jokerman fait peut-être écho à All along the watchtower , une des plus éminentes chansons de Bob Dylan et de son personnage du Joker dans la chanson. Il se dit aussi que Bob Dylan se parle à lui-même et évoque l’évolution de sa spiritualité. Lui le juif converti au christianisme.

Bob Dylan, dés qu’on prend une guitare sèche et qu’on écrit une chanson, on veut peut-être écrire une chanson de Bob Dylan. On a connu tant de grands auteurs de chansons, folk singers au vingtième siècle. Lou Reed, Paul Simon, Neil Young, Donovan, Tom Petty…. On rendra toujours hommage à ces gens sans oublier que le taulier, le plus grand, le prix Nobel de Littérature le plus repris et célébré sur la planète est incontestablement LE Zim, Bob Dylan himself.

Jokerman prépare Dylan à ces tournées de stades interminables où l’artiste reste sur une musique désormais surproduite pour l’arrivée du CD. L’artiste ne change plus beaucoup et conforte un public toujours plus important en restant sur la même ligne. On a vu ça chez Waters dans Tide is turning ou Hodgson dans In GéopardyPink Floyd, Stones, AC/DC… le public retrouve chaque fois un album sans surprise qui le rassure quelque part, l’artiste sera sur cette ligne pour la tournée. Sauf que Dylan aura refusé ce scénario qu’on lui proposait. On lui avait collé Tom Petty et ses Heartbreakers pour une immense tournée américaine qui représentait un rêve pour tout fan du Zim. On lui avait trouvé l’équivalent du E Street Band de Springsteen. Sauf que ce dernier n’en voudra pas pour partir dans le trop bien nommé Never ending tour. 

Dylan,

Nous sommes en fusion avec le Mi La Ré Sol Si Mi,

Nous avons un oeil et peut-être un coeur qui s’ouvre dés que les cordes tremblent.

Nous sommes dans un chalet des Vosges ou de Lausanne,

Nous mangeons de la raclette, nous avons un jean et un gros pull en laine,

Nous faisons l’amour,

Nous sommes l’amour,

Aussi un savoureux break dans la course,

Dans cette distinction ouverte que savent faire les gens sur leurs origines culturelles, sociales ou professionnelles,

Mais Monsieur Dylan vous êtes ailleurs,

Le pape des buskers,

Et cette absence de compétition rend ridicules tous ces trumpistes

Une petite voix d’encore une Joan Baez, 

Une promenade sur une petite route pour une cabane désaffectée

Avoir connu ça,

Connaitre ça,

C’est être la vie.

https://www.youtube.com/watch?v=1XSvsFgvWr0

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

IKIWABI |
Terre & bois |
Fightingmarcel2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tobereborn
| Gaenerys
| Ecole Auvergne Formation Art