07 avril 2019 ~ 0 Commentaire

46) Le Sud (Nino Ferrer)

Chanteur des années 60 dans la veine des Dutronc ou Antoine, Nino Ferrer sera revenu au milieu des années 70 avec le titre qui sera peut-être le tube de la décennie. Le Sud, vendu en un million d’exemplaires. Sur la pochette, il pose avec Radiah Frye, mère de la danseuse et chorégraphe Mia Frye. 

Le Sud est un titre magnifiquement construit. D’abord sur une jolie suite d’accords avec un thème qu’on retient, qui nous reste en tête. De la mélancolie dans le texte. Une mélodie au petit swing avec une voix narrative qui chante quand même. Du joli travaille d’orfèvre pour un artiste qui s’est fait connaitre avec des titres plus humoristiques 10 ans avant.

J’avais vu Nino en concert à la fête de la musique 93. Forum FNAC à Metz. Yves Bigot, patron du label discographique FNAC musique, était allé rechercher Nino dans son Lubéron et lui avait demandé d’enregistrer un nouvel album. Hormis le guitariste Mickey Finn, il n’y avait aucun professionnel dans le groupe mais les gens qui répétaient avec eux dans la grange du village. C’était l’entreprise artisanale, Nino voyait les choses comme ça. Communautaire, pour privilégier l’humain à l’industrie.

L’album s’appelait La désabusion. Prémonitoire quand on sait qu’il se suicidera quelques années après. Quand je l’ai vu en concert, j’étais frappé, épaté de le voir jouer Le Sud à la guitare. Il se trouve qu’il ne me donnait pas l’impression d’être sobre au sens clinique du terme. Et donc passablement éméché, il exécutera une partie de guitare plutôt compliquée (d’habitude les gens la jouent dans une version bien simplifiée) sans le moindre pain. Professionnel extrême, notre Nino.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

IKIWABI |
Terre & bois |
Fightingmarcel2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tobereborn
| Gaenerys
| Ecole Auvergne Formation Art