16 mai 2019 ~ 0 Commentaire

Zulu rock (Lizzy Mercier Descloux)

CD

Zulu Rock est un album phare. Effectivement, il présentera Lizzy Mercier Descloux comme la dernière grande découverte de la pop française, en 1984. Il ouvrira surtout la voix à Peter Gabriel, Paul Simon, Johnny Clegg. En France, c’est Daniel Balavoine ou Maxime Le Forestier qui surferont sur cette vague de mixer la variété avec la musique africaine.

Chose qu’on aurait du mal à imaginer aujourd’hui, Lizzy Mercier Descloux demande à sa maison de disque de lui financer sa virée africaine plusieurs mois avant la réalisation de l’album. Il s’agit pour elle de s’imprégner de la culture. De ne pas être une touriste qui veut vite fait s’approprier la culture Zulu. Pour davantage de crédibilité, pour rendre la démarche évidente, il faut vivre local.

Lizzy livre ainsi un album troublant. L’instrumental irréprochable. Lizzy pourrait l’être mais son chant n’est surtout pas technique. Elle veut toujours s’amuser. Il se trouve que sa voix peut être la plus grande. Si elle oeuvre, si elle bosse. Mais Lizzy ne cherche en rien ces considérations, elle ne les comprend même pas.

Lizzy sait qu’elle est un oiseau. Sait peut-être aussi qu’elle sera toujours culte. Quelque chose est établi à ce niveau là. Elle dégage un magnétisme qui nous aspire tous. Elle s’intéresse à nous, ne se la ramène pas pour se la ramener. Lizzy est un joli mélange entre Mado, Agathe, Lio, Béatrice Dalle et Robert Smith. 

Certains qui voyaient le monde en noir et blanc y ont vu un pétard mouillé. Lizzy est une bombe et rien n’est plus jamais comme avant.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

IKIWABI |
Terre & bois |
Fightingmarcel2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tobereborn
| Gaenerys
| Ecole Auvergne Formation Art