24 mai 2019 ~ 0 Commentaire

Esther chez Streik (Esch-sur-Alzette)

Quand je joue dans les rues de Esch, Esther est alors une passante énergique. Toujours pressée, une étincelle dans l’oeil et une joie de vivre qui me réveille quand je dors sur ma guitare.  Esther est artiste, chanteuse. Avec des idées d’images, de cinéma. Esther, une européenne parfaite qui parle tout plein de langues. Parfois, accostée par les gens, je ne sais en combien de langues elle leur répond. En même temps, c’est ça le Luxembourg. Le pays le plus européen d’Europe.

Je suis allé jouer aujourd’hui Rue de l’Alzette Il n’y a plus grand monde dans cette rue, celle qui fût l’artère la plus commerçante du Luxembourg. Beaucoup de magasins ont fermé depuis l’ouverture de la zone commerciale de Belval. Une des raisons premières peut-être, mais n’oublions pas que le commerce sur Internet tue le petit commerce, CQFD.

J’étais venu précisément pour voir Esther ce soir, en concert chez Streik. Ce bar syndical, associatif. J’y ai joué il y’a quelques mois et j’aime l’ambiance joviale et amicale qu’on connait là-bas.

Esther présente donc ses chansons. Seules 6 chansons semblent écrites et abouties. Mais ça n’empêche pas Esther d’assurer un concert complet, puisqu’elle excelle particulièrement dans l’improvisation. Elle est à la croisée de Selah Sue et Lizzy Mercier Descloux, que j’écoute en voiture en ce moment. De Selah Sue, elle va chercher la note au plus profond d’elle même pour la livrer blues, jazz, roque. Un sens du rythme incroyable. Esther n’est pas grande musicienne instrumentiste, elle s’accompagne vaguement à la guitare comme d’une basse ou d’une percussion. Esther est un oiseau qui chante comme elle parle. De Lizzy Mercier Descloux, elle a cette absence de régie des artistes professionnels.

Esther traquait, bichait l’instant. Le public était scotché. Ceux qui connaissaient venaient se régaler encore une fois. Ceux qui découvraient comprenaient immédiatement la grandeur de l’artiste. Nous avons jammé pour un mashup de ma chanson Parfois que Esther a magnifiquement introduit et cloturé par scat ou phrasés bluesy.

Un ange, Esther. Mais qu’elle est belle.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

IKIWABI |
Terre & bois |
Fightingmarcel2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tobereborn
| Gaenerys
| Ecole Auvergne Formation Art