02 août 2019 ~ 4 Commentaires

Les Salopettes Acoustiques, des rues.

Je suis chanteur de rue depuis 30 ans. J’ai pu remarquer que localement, j’avais moins de soucis de ce fait que beaucoup d’autres collègues chanteurs. Eux sont en souffrance. Eventuellement de gagner leur vie, aussi d’une notoriété. J’ai joué à 18 ans dans les rues de Metz et, du coup, j’étais connu comme le loup blanc. Entre 10 et 100 000 personnes passent devant vous dans une journée et semblent être ou devenir des familiers. Depuis, je peux aller n’importe où en France, Suisse, Luxembourg, Belgique; j’ai toujours quelqu’un dans ma journée qui m’accoste: « hello, t’es Dany Des Rues? ». Ca n’est jamais un plébiscite ou une reconnaissance artistique, on pousse rarement jusqu’au selfie. Juste que je suis quelqu’un qui leur est familier. Ca a aussi d’ailleurs ses désavantages. Tous ces gens qui me connaissent de vue, ou plus précisément de rue, ne chercheront pas à découvrir ce que j’écris. Je me suis longtemps installé dans des albums experimentaux. Des bizarretés qu’on range dans l’Art et Essai parce qu’on ne sait pas où ça tape. La raison était que j’écoule depuis 30 ans 6 disques par jour (tiens, c’était d’ailleurs l’anniversaire hier de ma toute première cassette), mais je ne suis jamais sûr qu’ils soient écoutés. Ils sont désormais comme des goodies, un soutien à un artiste indé pour qui on a de la sympathie. Globalement, je réalise la chance que j’ai de gagner ma vie depuis 30 ans. Je fantasme toujours à mieux mais il y’a beaucoup plus de gens malheureux que moi dans la musique et le spectacle et je ne vais pas me plaindre.

Je comprends la frustration des autres artistes depuis que j’ai mon groupe Les Salopettes Acoustiques. De suite, on a un rayonnement que j’ai mis 10 ans à connaître en Dany Des Rues. Pour autant, une terrible impression d’inexister. Je ne veux pas vous embarrasser avec des considérations économiques, mais dites vous que pour qu’un chanteur de rue gagne le SMIC, 1300€ par mois, il doit faire un chiffre de 1300€. Celui qui joue dans les cafés concerts doit générer 2000€. Et un trio musical environ 7000€. Après aussi, un groupe, on a envie que ça marche. Prenez John Lennon. Quand il était dans les Beatles, il voulait devenir le meilleur groupe au monde. Quand il jouait en solo, il n’en avait plus rien à foutre. Le fait d’être seul ne nous donne pas forcément l’envie de rebondir ou rayonner de la même manière.

Du coup, je cherche des pistes pour que Les Salopettes Acoustiques grandissent. J’en suis le producteur, l’instigateur mais ce groupe doit me dépasser. Il doit pouvoir exister sans moi. J’aime y avoir un regard éditoriale mais dans la mesure où il véhicule des idées de partage, d’humanisme, d’écologie, je reconnais mon bébé et ne me sens pas obligé d’être tout le temps là. Tony Fomblard pourrait être un frère spirituel s’il n’avait pas l’âge d’être mon fils. Il est dans mon esprit punk alternatif. Je suis éventuellement davantage parolier quand lui est plutôt mélodiste. Du coup nous sommes complémentaires. J’ai pas souvent connu des bassistes aussi pertinents. J’ai besoin que la basse soit décalée comme chez Police et aussi qu’elle chante comme chez Cure. Avec Tony, j’ai ce qu’il me faut. Et il compose facilement la mélodie imparable. Musicien polyvalent, il est Salopette Acoustique en pouvant aussi bien se trouver au piano qu’à la guitare ou la basse. Maud, qui hésite à prendre pour nom de famille de scène Passe ou Est, est peut-être plus habile sur le terrain de l’arrangement. Elle est cheffe de choeur dans une chorale et aime superposer les parties musicales pour enrichir une mélodie. En bref, l’arrangement. Avec Tony, nous allons la briffer pour qu’elle puisse présenter un projet perso. C’est un peu le bordel dans sa tête. Elle a le cul entre deux chiasses, selon sa propre expression. Mais depuis quelques temps, je la sens venir à nous comme si les choses se clarifiaient dans sa tête et ça fait bien plaisir à vivre.

Avec Maud, on avait deux jours de libres et on s’est dit qu’on allait tenter la rue. Comme je le fais en Dany Des Rues. Je pense connaitre mon job mais l’arrivée d’une musicienne pouvait et devait me surprendre. J’allais tiens, pourquoi pas apprendre d’une personne qui n’a jamais ou quasi jamais fait ça.

On a commencé par la rue Serpenoise à Metz mercredi soir. J’ai joué dans ce secteur dans les années 90. Ca n’a pas bossé de ouf, nous étions hors des heures d’ouvertures des magasins. Les passants ne s’arrêtaient pas pour nous écouter, les pièces tombaient vaguement dans l’étui. Ca nous offrait une répétition publique. C’est tout.

Après, nous tentions les terrasses de pizzérias. Une rue de Metz les aligne. On a ainsi joué vite fait 10 minutes devant deux pizzérias. C’est plus plaisant et gratifiant de jouer pour un public qui nous écoute. Ce qui nous inquiète un peu au départ, c’est d’éventuellement déranger les gens. Mais ce n’était pas du tout le cas et on se réjouissait d’être un service ajouté. Nous passions le chapeau après aux tables et on était bien accepté.

Le lendemain, une journée de rue à Esch-sur-Alzette. Les gens me connaissent puisque j’y joue un jour par semaine depuis 15 ans. Donc pour eux, c’était Dany Des Rues qui venait avec une musicienne. Ca a plutôt bien marché pour nous. Ca n’est pas la meilleure époque de l’année pour jouer dans la rue à Esch. Tout le monde est en vacances, c’est un peu la saison morte dans la rue commerçante. Pourtant, les passants étaient sensibles à ce qu’apportait Maud à mon set habituel. En l’occurrence j’étais plus accès sur les chansons des Salopettes Acoustiques que d’habitude. Ca nous permettait d’être beaucoup plus à l’aise avec nos nouvelles chansons, C’est vraiment une belle experience que de répéter en public.

Le soir, nous tentions de jouer en terrasse dans le ground de Luxembourg ville. C’est assez difficile puisque notre répertoire particulièrement francophone n’est pas attendu ou souhaité. On a tenté même si ça n’a pas été la folie niveau rentabilité.

Je suis bien content que Maud soit venue avec moi pour tenter de développer Les Salopettes Acoustiques ailleurs que dans un secteur convenu ou classique. J’adore mon groupe. Notre rayonnement est clairement humble mais je ne désespère pas que ça grandisse. Ca serait beau.

4 Réponses à “Les Salopettes Acoustiques, des rues.”

  1. Bonjour,

    où est passée la photo de cet article ? Elle est visible dans l’annuaire Unblog mais pas ici sur cet article … !

    Merci .

  2. Moi je ne vois aucune photo sur aucun de vos articles . Etonnant !

    Il faut peut-être les placer dans l’article , avant le texte ? Je n’en sais pas plus , chez moi ça fonctionne apparemment …

    Ah ! une idée : c’est peut-être le Thème que vous avez choisi qui est en cause . Il ne permet peut-être pas de voir les photos dans les articles ?
    Ou alors les photos ne sont pas au format JPEG ou JPG ?

    A voir … Bonne journée .

    Dernière publication sur 1collection / L'inventaire ... : Christian Boltanski


Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

IKIWABI |
Terre & bois |
Fightingmarcel2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tobereborn
| Gaenerys
| Ecole Auvergne Formation Art