11 août 2019 ~ 0 Commentaire

Thiéfaine à Verdun

Je me rends une fois par an, durant l’été, voir un concert aux quais de Londres à Verdun. Le site est magnifique. Je me souviens quand on voyait flotter le drapeau de Brassens sur la péniche Les Copains d’abord. Il y’avait une poésie dans le calme de cette ville qui a l’histoire qu’on connait, c’était doux et romantique.

Ainsi, les samedis d’été, la MJC du verdunois organise des concerts. Un festival appelé Scènes et terrasses. J’ai pu y voir CharlElie, Clarika, Bertignac, les Wampas, Arno, Bill Wyman & the Rythm Kings… tant de moments inoubliables.

Ce soir, c’était un des concerts les plus prestigieux de l’Histoire du festival sinon LE plus prestigieux: Hubert Félix Thiéfaine. Depuis que Aznavour et Johnny sont morts, on cherche de nouveaux tauliers. Certains vont même créditer Bruel! Faut pas déconner. Les tauliers, ça peut devenir Goldman mais il est à la retraite, Cabrel, Souchon, Renaud…. J’en vois bien un désormais qui s’avère unaniment un des plus grands tant dans la riche performance de chaque fois que dans l’endurance durant ces 40 ans de carrière: c’est bel et bien Thiéfaine. Ca fait moins de 10 ans qu’il s’avère enfin reconnu comme il se doit. Ainsi, on a passé La ruelle des morts sur les grandes radios, on reçoit Thiéfaine dans toutes les émissions. On lui donne (enfin!) des Victoires de la Musique… Thiéfaine, tardivement, est enfin salué par la profession. Il l’était de toute manière par le public depuis bien longtemps.

Avant le concert, je rencontre vite fait les guitaristes Yan Péchin et Alice Botté. Je les croise quand même assez souvent mais j’avais jusque là toujours oublié de leur taper deux médiators pour ma collection. Chose réparée ce soir. Ces gars sont des crèmes, d’une vraie gentillesse.

Puis le concert a lieu. Puissant. Hubert fait le job. Sa voix est toujours là. Elle domine tout. On peut éventuellement oublier les paroles et les rendre importantes quand on écoute les disques. Ce soir, on savoure les orchestrations. Je me rends compte que ces hits sont des bombes d’années 80, quand les Zéniths commençaient à pousser comme des champignons dans toute la France. Dans ces années-là, Thiéfaine jouait souvent dans des lieux plus intimes. Les salles des fêtes, qui sont remplacées par les SMAC désormais.

J’ai eu ma préférée, Un vendredi 13 à 5 heures. J’avais déjà vu ce line up lors du concert des Arènes à Metz l’an dernier. Frustré de voir Péchin et Botté en retrait et le fils Thiéfaine en avant, pourquoi pas moi tant qu’on y’est! Quand tu as les deux meilleurs guitaristes rock français sur scène, tu n’as pas envie de les voir dans un coin et sous exploités! C’est du gâchis ! On a quand même un putain de moment de grâce absolue quand Pechin tape un chorus endiablé dans J’ai volé mon âme à un clown (c’est pas le titre exact, mais vous voyez de laquelle je cause!). Là, Yan devient les deux Jimmy en même temps, il part, décolle et transcende et plus rien ne peut nous arriver. Nous sommes dans la vie, le temps s’arrête. Nous sommes forts et heureux pendant cette minute de sucre musicale.

Un monde dingue ce soir à Verdun. Je croisais ces tronches festivalières que je vois sur les concerts, les bons concerts depuis 20 ou 30 ans. C’était bien évidemment, The Place To Be, le plus grand jour de cet été 2019 el Lorraine.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

IKIWABI |
Terre & bois |
Fightingmarcel2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tobereborn
| Gaenerys
| Ecole Auvergne Formation Art