17 août 2019 ~ 1 Commentaire

Les Fatals Picards à Epinal

Il y’a une dizaine d’années, mes enfants, dont l’âge était un chiffre à l’époque, m’ont fait découvrir Les Fatals Picards. Quand nous étions en voiture, je passais les disques. Ils étaient alors les dignes héritiers de Renaud. Celui de La pépette ou peut-être Banlieue Rouge. Une écriture souvent drôle mais parfois cynique. Engagée qui dénonce. Ca me faisait plaisir que mes enfants écoutent ce groupe et me le fassent découvrir. J’ai dû me dire plus jeune « quand j’aurais des enfants, je les emmènerai au concert de Renaud ». Sauf que, vu ce qu’est devenu le gars, je n’ai jamais eu envie de lui présenter mes enfants. Et même on l’aura évité autant que possible.

Nous sommes souvent allés voir les Fatals Picards en concert. C’est d’ailleurs un de leurs tout premiers concerts. Ma fille a beaucoup de disques, peut-être tous. Ce soir, ils étaient en concert gratuit à Epinal. Nous n’allions pas nous priver, nous y sommes donc allés.

Dans une de leurs dernières chansons, les Fatals nous disent qu’ils aimeraient avoir le magnet du Jura. Du coup, ma fille en a conçu un hier qu’elle leur a offert avant le concert.

Je ne connaissais pas ces vendredis d’Epinal en fête, un joli cadre pour des concerts populaires. Je ferai désormais attention aux programmations à venir. C’est encore un de ces endroits où on passe de bons moments en Juillet Août.

Le concert des Fatals Picards était, une fois de plus, impeccable. Je n’ai pas eu Rebecca, ma préférée de leur dernier album. Non plus L’histoire d’une meuf, cette merveille d’écriture qui se moque si bien des artistes en déficit de popularité qui vont se redorer le blason en allant chanter aux Restos du coeur. Mais les titres s’enchainaient impeccablement nets, un super rythme de concert. S’il y’a des pains, je ne les entends pas. Le groupe se balade vraiment, je ne sais pas quelle est la part d’improvisation dans ce qu’ils proposent mais c’est vraiment un groupe à couper le souffle, comme Wampas ou Elmer Food Beat.

Content et même rassuré qu’il y’ait toujours des groupes comme ça sur les routes. Ils sont les groupes de rock alternatif des années 80. Les Gogol 1er, Béru ou Pigalle.  Ils fonctionnent sans soutiens médiatiques; je ne les entends jamais ni ne les vois dans les médias. Seul un réseau de fans les soutient en permanence et leur permet de continuer d’exister. Tout ça me remplit de bonheur, parce que cette soirée était en couleur.

Une réponse à “Les Fatals Picards à Epinal”

  1. On y était aussi, et pour les mêmes raisons…
    Les textes, le rock, l’énergie, le franc parler… ils font du bien les Fatals
    Et ils sont super sympas aussi.
    Paul a signé une photo de ma fille et lui que j’avais prise en mai à Mulhouse et imprimée exprès
    Elle est aux anges!


Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

IKIWABI |
Terre & bois |
Fightingmarcel2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tobereborn
| Gaenerys
| Ecole Auvergne Formation Art