29 décembre 2019 ~ 0 Commentaire

La complainte du phoque en Alaska (Beau Dommage)

Beau Dommage, c’est un peu les Eagles québéquois. Un groupe qui par chez nous sera connu via un seul titre, mais quel titre! La complainte du phoque en Alaska est un chef d’oeuvre imparable. Le fond est plus que jamais une affirmation politique, idéologique de résistence. Quand la société industrielle nous invite à du toujours plus, il est essentiel d’avoir des chansons qui nous invitent au bonheur en restant humble, simple manant. Certainement dans le même esprit que Foule Sentimentale de Souchon. 

Musicalement, on est riche aussi. La mélodie va nous rester dans la tête, mais on oeuvre aussi dans des ponts et thèmes où les musiciens (guitare, basse, claviers et batterie) s’épanouiront en diversifiant les effets selon l’instant de la chanson. Ça installe des ambiances différentes, progressions, dans ces années où le rock progressif est à son sommet.

Il y’a peut-être, maintenant que j’y pense, un côté du Fleetwood Mac des grandes époques, Tusk ou Rumeurs. On commence à ouvrir le rock aux femmes, tant dans l’interprétation que dans l’écriture. Et surtout, on ne les laisse plus dans leur coin. Avant, les femmes montaient des groupes de meufs ou chantaient en solo. Là, on accepte dans la mixité l’idée qu’une meuf écrit aussi bien qu’un mec. Quelques années après, Michael Jackson prendra une guitariste guitar héro pour imposer aussi qu’une meuf peut faire le job de musicienne….

Les membres de Beau Dommage s’essayeront à des carrières solos ensuite, sans véritable succès par chez nous. le seul dont on a vite fait entendu était Pierre Bertrand, le bassiste avec sa chanson Un air d’été (tout léger, tout léger…) au milieu des années 80 (il me semble que la reprise d’Antoine était même plus connue que l’originale). Comme souvent, c’est le numéro 2 du groupe qui prend plus de place que le numéro 1. On n’entendra peu parler de Michel Rivard. Moi, c’était chaque fois par le biais des Francofolies de La Rochelle que j’ai eu de ses nouvelles, mais sinon jamais. 

Oui, la complainte du phoque en Alaska est une chanson indspensable est plus que jamais importante. ta carrière est grostesque devant l’amour de ta vie. Revois tes priorités et ne te laisse pas manger par les publications sur ton téléphone qui t’invitent à encore et toujours te surpasser dans le changement.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

IKIWABI |
Terre & bois |
Fightingmarcel2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tobereborn
| Gaenerys
| Ecole Auvergne Formation Art