20 janvier 2020 ~ 0 Commentaire

Marc Morgan

Marc Morgan était le JP Nataf belge. Dans les années 90, il lui ressemblait aussi physiquement. Les Innos cartonnaient avec L’autre finistère et Morgan nous était présenté avec Notre mystère, nos retrouvailles. Tous deux portaient alors un béret, toujours censé masquer une calvitie naissante.

Quelques titres enrichissaient les 90′s. Un ami qui vous veut du bien ou Au train où vont les choses. 

Je revoyais Marc Morgan au début des années 2000 aux Francos de Spa. Désormais, sa carrière serait exclusivement belge. Il aura proposé un ou deux projets en solo, il me semble l’avoir vu il y’a une dizaine d’années dans le groupe Phantom qui accueillait alors au chant Lio pour un album produit sur le label de Benjamin Schoos  Freaksville Records. Les textes étaient du Gainsbourg belge Jacques Duval. Un auteur autant classe que subtile. Alain Chamfort ou Lio lui doivent leurs plus grands titres.

J’ai appris la semaine dernière le décès de Marc Morgan. J’étais alors triste. Et je ne me voyais pas vraiment écrire un billet sur lui. Je le croisais quand je jouais mes chansons dans les rues des Francofolies. Artiste belge avec l’humilité et le talent des artistes de là-bas. Une voix divine. Allez écouter ses productions, vous comprendrez. Pareil avec son jeu de guitare. Un guitariste qu’on aime avoir seul à la guitare dans un groupe, avec éventuellement bassiste, batteur et claviers autour. Mais pas d’autre guitare, pour vraiment savourer ce qu’il joue. Ces phrasés guitaristiques, entre solo et rythmique, au summum du gimmick.

J’ai regardé du coup des vidéos de son premier groupe, Les Tricheurs. Le savoir faire est déjà là. Brel dit que le talent, c’est le travail, c’est de la sueur. J’ai quand même l’impression que chez les gens qu’on aime, on se rend compte que leur truc particulier, leur pépite était déjà là au départ. C’était un vrai bon groupe, les Tricheurs.

En interview, Marc avait le côté autiste des artistes habités. Hypersensibles qui se comprennent eux même. Je suis tout aussi triste que cet artiste soit parti trop tôt que de sa carrière au rayonnement plutôt confidentiel. Ceci dit, c’est assez important pour un chanteur belge, qui évolue dans un rayon bien plus restreint que celui que nous on connait en France.

Si vous ne le connaissiez pas, je vous invite grandement à aller le découvrir. C’était un mec gentil, simple. Un vrai belge, quoi.

 

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

IKIWABI |
Terre & bois |
Fightingmarcel2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tobereborn
| Gaenerys
| Ecole Auvergne Formation Art