11 février 2020 ~ 0 Commentaire

Cordier, demain ce sera mieux

CD

Je précise que c’est le titre de l’album « demain ce sera mieux ». Ca n’est pas moi qui dit que Cordier, ça sera mieux demain, hein. Et d’une, je ne me permettrais pas, et de deux, je rappelle que ce blog cause des artistes que j’aime bien, donc je ne vais pas casser du Cordier. Pis surtout, ça ne concerne pas l’artiste en question qui est constant, à défaut d’être content. C’est d’ailleurs bien hors sujet de chercher à être content chez Cordier puisque le gars se pose résolument ailleurs dans son écriture.

Cordier ne nous invite pas à croire que la vie sera belle, plutôt vient-il avec une tentative de remède sonore pour accepter ce qui peut nous arriver. Il y’a du Miossec tant dans l’écriture que dans l’interprétation. Auteur compositeur, nous n’avons pas de surprise sur la fusion des textes et des musiques. L’un colle à l’autre évidemment, sainement. Le contraste savoureux dans la production, c’est cet écart entre production léchée et des sons artisanaux, qui enfonce le clou de l’artiste faussement amateur qui définitivement est dans un laboratoire d’art et d’essai.

C’est une sacrée victoire, un nouvel album de Cordier. Lui aussi connait ce contexte où les gens désertent les salles de spectacle pour leur téléphone et la dernière vidéo qu’on leur balance. S’ils veulent écouter un disque, c’est en streaming et pas en physique (c’est d’ailleurs mon cas aussi, j’ai changé d’ordi et de voiture la même année, je ne peux plus écouter de disques physique désormais. Je vais y remédier un de ces jours).

Cordier fait cadeau de sa vie en l’offrant depuis toujours dans ses productions. Je le voyais l’an passé aux Corbusiers à Briey. Un stand présentait certaines de ses productions depuis une trentaine d’années. Il pouvait être un vieux jeune comme il serait désormais un jeune vieux. Hors de l’âge et hors du temps. Dans une sagesse rigoureuse de l’instant, pragmatique. Et en même temps, tout le temps, dans sa bulle et dans un endroit où lui seul se trouve, toujours, mais où il nous autorise à entrer anyway, sometimes.

Tags: , ,

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

IKIWABI |
Terre & bois |
Fightingmarcel2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tobereborn
| Gaenerys
| Ecole Auvergne Formation Art