19 février 2020 ~ 0 Commentaire

Birds of pray

Le titre complet et Birds of pray (et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn).

 

Margot Robbie campe ici l’ex du Joker. Une bad girl qui commet donc des actions amorales, optimisant sa vie au jour le jour. Sauf qu’elle défie la mafia locale et cette affaire tourne vite à la boucherie mode Kill Bill de Tarantino. 

C’est d’ailleurs chez Tarantino que j’ai connu Margot Robbie. Elle campait Sharon Tate dans Once upon a time in Hollywood. Déjà, elle campe un personnage décalé voir absurde.

Dans Birds of pray, c’est de la boucherie mais comme c’est strictement absurde, ça m’est supportable. Mode Tarantino, justement. Les couleurs sont belles, code de la génération tatouée et décolorée.

C’est cette époque un peu apocalyptique ou en tout cas bien tremblante qui invite les fictions à vivre avec un sourire dans un moment cynique et désespéré.

J’ai passé un bon moment avec Margot Robbie, j’attends la suite.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

IKIWABI |
Terre & bois |
Fightingmarcel2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tobereborn
| Gaenerys
| Ecole Auvergne Formation Art